Batterie Dell Latitude XT2 XFR Tablet PC

January 11 [Mon], 2016, 18:34

Une cargaison de matériel informatique Dell d'une valeur de 500 000 euros a été volée lundi soir dans une zone industrielle proche de Roissy, en Seine-Saint-Denis. Une partie de la marchandise a été retrouvée tout comme l'un des malfrats, immédiatement placé en garde à vue.


Les fêtes de Noël sont l'occasion de recevoir de beaux cadeaux, mais pour certains c'est aussi le moment de les voler. C'est ce qu'on dû se dire un trio de malfrats lundi soir qui ont réussi à prendre possession d'un camion du transporteur Fedex contenant 33 palettes d'ordinateurs Dell. Une sacrée cargaison dont la valeur a été estimée à 500 000 euros. Le vol a eu lieu dans un entrepôt appartenant au transporteur américain et situé dans la zone industrielle de Garonor, près de Roissy.


AdTech Ad

Le plan des voleurs ne s'est toutefois pas effectué sans accrocs : après avoir tracté le semi-remorque sur plusieurs kilomètres, ce dernier a pu être localisé par la police grâce à son transpondeur. Arrivées sur les lieux, les forces de l'ordre ont pu appréhender l'un des malfrats, caché sous un véhicule en stationnement, qui a dans la foulée été placé en garde à vue pour vol en bande organisé. Deux de ses complices ont toutefois réussi à prendre la fuite. Toute la cargaison n'a toutefois pas été retrouvée sur les lieux, les malfrats ayant eu le temps d'effectuer un transfert d'une partie de la marchandise dans une camionnette. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.


Contacté par la rédaction pour connaître le nombre et types d'ordinateurs volés, un porte-parole de Dell nous a indiqué que « une enquête de police est en cours. Nous n'avons pas toutes les précisions sur ce qui a été volé. La moitié de la cargaison a été retrouvée. Elle était composée soit de netbooks soit de desktops. »


Samedi soir, dans la salle communale, le maire Jean-Claude Vassan a présenté ses vœux aux habitants. Il a rappelé combien 2015 avait été une année de recherche d’économies. Pour ce faire, la municipalité a renégocié les emprunts contractés par le passé.



Des frais maîtrisés


En 2015, les dépenses de fonctionnement de la commune ont été moins élevées que celles de 2014, et ce malgré la charge supplémentaire de plus de 5 000 € que le transfert de la contribution au service départemental d’incendie a engendré.


À ces frais s’est ajouté l’achat d’un tracteur, un achat non programmé dans le budget mais qui était nécessaire pour l’entretien de la commune.


Des travaux et un nouvel ordinateur


Les travaux d’accessibilité aux personnes handicapées aux bâtiments communaux sont en cours de réalisation. Ils seront exécutés au Relais des sapins très prochainement.


Les travaux de voirie à La Velle, qui ont été engagés lors d’un précédent mandat et pour lesquels le département a accordé une subvention de 50 %, sont programmés.


Un nouveau matériel informatique pour la secrétaire devrait bientôt être livré, celui dont elle se sert actuellement étant devenu désuet.


C’est une année loin d’être exceptionnelle que s’apprête à clôturer le secteur du matériel informatique. D’après les professionnels, le marché devrait en effet enregistrer une nouvelle baisse en 2015, après un recul d’environ 18% constaté en 2014. «La demande mondiale du PC est en baisse. Au Maroc, il y a également une baisse globale de la demande qui touche presque tous les segments et toutes les catégories de consommateurs. Sur les 3 trimestres, la baisse est estimée à 10%», nous confie Younès Elhimdy, DG de Disty Technologies.


A l’issue du premier semestre de cette année, le cabinet IDC recense 135 000 unités d’ordinateurs (desktops et laptops confondus) importées pour un chiffre d’affaires de près de 790 millions de dirhams. Dans le détail, ce sont 63 000 unités de desktops, soit 8% de plus qu’au premier semestre 2014, qui se sont vendues. Cette progression résulte d’une hausse des commandes de la part des administrations publiques et d’un bon comportement des ventes dans le retail. En revanche, les ventes en valeur perdent 6%, avec un chiffre d’affaires d’environ 355 MDH. «La demande se recentre encore davantage sur les entrées de gammes», explique M. Elhimdy. Du côté des laptops, c’est l’inverse. Toujours d’après le cabinet IDC, 72 000 unités se sont écoulées au premier semestre 2015, contre 95 000 à la même période en 2014 (-24%), pour un chiffre d’affaires par contre en progression de 27%, à 434 MDH (+27%). Cette dichotomie s’explique simplement par des prix moyens des laptops, équipés des dernières versions de Windows et d’Intel notamment, ou des tablettes hybrides, en hausse.


HP domine le marché


Ce contexte s’accompagne d’une légère reconfiguration du secteur de la distribution. «Le marché de la distribution est en train de se recentrer. Il ne compte plus que 2 acteurs majeurs, à savoir Disty et Disway. Il suffit de constater la redistribution des cartes entamée par le leader HP», confie un professionnel. Côté constructeurs, HP, loin devant, et Dell tiennent le marché.


Pour sa part, le marché des tablettes devrait se caractériser quant à lui par une fin d’année en léger déclin. Au premier semestre de cette année, 220 000 tablettes (+50%), pour un chiffre d’affaires de 493 MDH (+8%), se sont écoulées. Pour le deuxième semestre, le cabinet IDC prévoit un volume de 210 000 unités, soit -4%. Cette tendance marque une légère rupture avec la dynamique qu’a connue ce secteur ces dernières années, et même jusqu’au début de l’année 2015. Le segment fait aujourd’hui face à une baisse de la demande et à une certaine maturité.



Aux Etats-Unis, Barack Obama défend son plan d'encadrement du port d'armes à feu. En soutenant l'arrivée d'arsenaux personnels connectés, un nouveau marché va se développer, au détriment des constructeurs traditionnels.


Cette nuit, le président des Etats-Unis a confirmé son engagement en faveur de la lutte contre les morts accidentelles ou préméditées dues aux armes à feu détenues légalement. Dans une interview accordée à CNN, Barack Obama a également ouvert d'autres voies. Outre les idées déjà présentées par le chef d'Etat de systématiser la vérification des antécédents des acheteurs ou de renforcer les interdictions d'achat pour les personnes souffrant de troubles mentaux, Obama s'appuie sur un nouveau plan d'action : le soutien aux armes connectées.


« Je ne prétends pas résoudre tous les problèmes de violence, mais si on peut passer de 30 000 d'accidents par an à 28 000, ce sera déjà ça », a-t'il lancé, seulement quelques minutes après le début de l'émission. Avant d'ajouter : « A Indianapolis, il y a des foires d'armes dans lesquelles on peut acheter des armes sans qu'aucun contrôle de vos antécédents ne soit effectué ».


Le ton est donné. Le président américain a profité du débat pour sortir son dernier atout. Il s'agit d'une partie d'un projet de loi qui n'avait encore jamais été exposé en public, même si le parti pris de Barack Obama en faveur de ce type d'innovation était connu. L'homme fort de Washington est convaincu que les armes connectées pourraient éviter de nombreux morts. Il cible par exemple l'impossibilité pour des enfants d'utiliser l'arme d'un proche ou la mise en place d'un traçage plus efficace par la police des armes volées.


Mais cette fois le Chef d'Etat a sur ce sujet une assise qu'il n'avait jamais eu au cours des années passées. Il ne s'agit plus d'un simple projet de recherche que le gouvernement financerait, mais d'« un véritable marché qui est en train de s'ouvrir ». « Une nouvelle société a récemment pris le dossier en main en me disant : "vous voulez que nous fassions de telles armes ? Eh bien c'est possible et nous allons le faire », déclare-t'il sans cacher sa joie et sa confiance en ce projet.


S'il n'a pas dévoilé le nom de cette société, quelques indices nous permettent de croire qu'il pourrait s'agir du constructeur allemand Armatix (installé en Californie). Ce fameux « nouveau marché » évoqué par Barack Obama, se ferait en l'absence des constructeurs d'armes à feu classiques, du moins au départ. Il permettrait probablement le développement de l'industrie des puces RFID (radio-identification incorporée à l'objet qui peut répondre à des requêtes émises depuis un émetteur), afin de rendre l'arme inutilisable par une autre personne que le détenteur initial. Mais d'autres secteurs pourraient aussi y trouver leur compte, comme celle des montres connectées, puisqu'un smart gun en nécessite l'usage couplé.


Nombre de commentateurs parlent déjà du dernier grand combat d'Obama. Si un pistolet connecté existe bel et bien aujourd'hui, c'est uniquement parce qu'il en finance le projet depuis des années. Hier soir, le Président a aussi dévoilé l'envers du décor : « Est-ce que quelqu'un dans cette assemblée peut m'expliquer pourquoi en 1997, alors que les sociétés Colt et Smith & Wesson commençaient à réfléchir à la conception de telles armes, est-ce que quelqu'un ici peut me dire pourquoi un véritable boycott de ces recherches a littéralement stoppé l'évolution de ces initiatives ? »



Car les ennemis de cette innovation technologique sont nombreux, avec en première ligne le NRA (principal lobby des armes à feu aux Etats-Unis) et le Congrès, dont on s'attend à ce qu'il barre la route au projet du Président. Pour eux, de telles armes ne peuvent être fiables, pour la raison même de leur équipement électronique. Doit-on par exemple s'attendre à ce que la batterie des armes se décharge, à l'image des smartphones, rendant potentiellement les interventions policières quelque peu pittoresque ? Plus globalement, les opposants aux nouvelles mesures disent qu'il s'agit d'une première étape, et que l'objectif non-avoué du gouvernement est de retirer totalement les armes du cadre privé. A leur égard, Obama empile des termes durs pour qualifier leur attitude : « La NRA ne veut pas discuter, ils n'ont même pas voulu venir ici ce soir débattre avec moi alors qu'ils sont en ce moment même en train de protester en bas dans la rue. Et le Congrès ne souhaite pas que nous discutions d'un tel projet de loi. En réalité 90% des membres du Congrès sont d'accord avec moi sur cette réforme, mais ils tiennent un discours inverse parce-qu'ils veulent être réélus et qu'ils ont peur pour leur place. »

プロフィール
  • プロフィール画像
  • アイコン画像 ニックネーム:batterij
読者になる
2016年01月
« 前の月  |  次の月 »
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
最新コメント
ヤプミー!一覧
読者になる